Bavarois léger au citron

7 Avr

Le citron, c’est bon. Surtout quand on est un Minus accro au Pulco. Le bavarois, c’est frais, beaucoup plus léger qu’une crème, et si l’on excepte la quantité assez impressionnante de gélatine qui est intégrée à la recette, pas trop scandaleux au niveau diététique. Entre une génoise au fond pour que l’ensemble se tienne, une mousse citronnée et une surface gélifiée pour faire joli (le miroir), il faut trois étapes pour réaliser la chose, avec temps de refroidissement à compter. Pour un bavarois complet (et non une flaque au démoulage), comptez donc l’après-midi et un petit passage au congélateur.

Pour un bavarois pour environ 6 personnes (ou 6 bavarois faits dans des ramequins/cercles à pâtisserie), il vous faut :

Une génoise :

2 œufs
60 grammes de sucre
60 grammes de farine
facultatif : un zeste de citron

Une mousse bavaroise revue  pour les stressés du gras : à la place de crème fouettée en chantilly (à 30%  de matière grasse minimum, donc), vivent les blancs d’œufs en neige :

4 jaunes d’œufs
5 feuilles de gélatine
150 grammes de sucre
40 cL de lait
10 cL de jus de citron
2 blancs d’œufs (avec les blancs qui restent : on fait une meringue italienne à cuire rapidement au chalumeau qui ira tout droit sur le bavarois, ou bien des petites meringues pour gourmands en battant chaque blanc avec 50 g de sucre)

La recette :

On commence par réaliser la génoise. Pendant que le four préchauffe à 180°, battez les œufs (entiers, les œufs !) avec le sucre au fouet électrique. Mélangez la farine à la spatule en évitant les grumeaux, et ajoutez éventuellement le zeste de citron. Le tout cuit 10 minutes dans un moule à génoise de 22-24 cm ou, pour les non-équipés, étalé le plus proprement possible sur une plaque à pâtisserie.

Pendant que la génoise refroidit, c’est parti pour la pseudo-mousse bavaroise. Tandis que la gélatine se réhydrate paisiblement dans un bol d’eau froide, faites chauffer le lait. Faites blanchir les jaunes d’œufs avec 100 grammes de sucre, et délayez avec le lait chaud. On remet quelques minutes à cuire sur le feu, le temps que la préparation épaississe. Quand la crème nappe la cuiller, incorporez la gélatine essorée et le jus de citron.
Le temps d’attente commence : il faut laisser le mélange refroidir (un tour au congélateur peut aider…) pour que la gélatine commence à prendre. Pas trop, on va la mélanger ! Quand la préparation est froide, montez les blancs en neige et ajoutez, quand ils sont fermes, les 50 grammes de sucre restants afin d’obtenir une meringue. Incorporez la meringue à la crème au citron avec une spatule en silicone, et go pour le montage !

Deux options s’offrent à vous : si vous avez un cercle à pâtisserie, la vie est belle : placez votre génoise au fond, versez la mousse citronnée, et placez le tout au réfrigérateur. Pour les autres, il est tout à fait possible d’utiliser des ramequins individuels – les entremets se laisseront démouler, promis. En tout cas, chez Minus-la-maladroite, ça a fonctionné ! Il faudra donc découper des disques de génoise à l’emporte-pièce ou, soyons fous, au couteau,  les placer dans les récipients, et ajouter la mousse. Laissez prendre une heure ou deux au frais, et, si le courage vous prend, versez au-dessus un miroir, cette couche gélifiée, brillante et acidulée qui fait rêver dans les vitrines de pâtissier.
Pour le réaliser : contrairement à ma version, pâlotte et un peu trop gélatineuse à mon goût, j’aurais tendance à conseiller d’opter pour de la marmelade de citron que l’on fera fondre à feux doux et à laquelle on incorporera un peu de gélatine (ou d’agar agar). Sinon, faites chauffer 3 cL de jus de citron avec 2 ou trois cuillers à soupe de sucre, et y ajouter une feuille de gélatine ramollie. Hors du feu, ajouter le reste du jus de citron et, pour la couleur, deux gouttes de colorant. Ne rêvons pas, le jus de citron couleur jaune primaire, dame nature n’a pas prévu ça.  Attendez encore au moins une heure de repos au frais avant de déguster.

Verdict : hormis mon miroir perso raté, ce faux bavarois sans crème s’est montré léger et bien citronné (méfiance : il y a tout de même 4 jaunes d’œufs dans le bestiau). Et le démoulage parfait, même pour ceux réalisés dans des ramequins : passez simplement la lame d’un couteau autour, et retournez délicatement le moule… C’est magique, ça glisse tout seul !

Tadaaa ! Note pour plus tard : le sucre doré, parfait pour une déco express, c'est particulièrement dur. Attention aux quenottes fragiles.

Tadaaa ! Note pour plus tard : le sucre doré, parfait pour une déco express, c’est particulièrement dur. Attention aux quenottes fragiles.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :