Archive | dessert RSS feed for this section

Le gâteau-chat (moche mais bon)

13 Nov

Dans 3 semaines, mini-Cortex n°1 aura 3 ans. Mademoiselle a une idée bien précise de ce qu’elle veut : un gâteau en forme de chat (ou de poussin…) violet. Rien que ça. Pour le gâteau en forme de chat, je dois pouvoir faire quelque chose. Pour la couleur violette, ma foi, ça n’a rien d’impossible, mais je ne suis pas sûre que ça mette en appétit la famille réunie pour l’occasion !

Toujours est-il qu’avant de lui promettre qu’elle aurait son gâteau-chat, j’ai fait un essai : une soirée de bidouillage de moule en forme de tête de chat (design éhontément pompé sur internet, m’enfin le site original ne m’en voudra probablement pas de lui faire concurrence, vu le résultat obtenu). Je l’ai bricolé en scotchant sur un carton rigide des bandes de carton souple, le tout chemisé de rhodoïd.

Le site où j’ai vu cette tête de chat propose en fait un fondant au chocolat décoré (à des prix exorbitants, plus de 70€ pour 8 personnes, j’ai frôlé la syncope quand j’ai vu ça). Je voulais, pour ma part, réaliser un bavarois au chocolat, le parfum préféré de mademoiselle Cortex, avec des inserts à la framboise, sur une dacquoise aux amandes.

IMG_20141111_161836

Etape 1 : Le biscuit. 

Mélanger 125 g de poudre d’amande, 75g de sucre glace et 4 blancs d’oeufs montés en neige. Cuire 12 mn à 180°C.

Je l’ai cuit dans un cadre rectangulaire puis retaillé en forme de tête de chat à l’aide d’un gabarit.

Etape 2 : Les inserts à la framboise.

J’ai fait compoter 300 g de framboises avec 50 g de sucre, puis j’ai passé le coulis au tamis et ajouté 3 feuilles de gélatine réhydratées. J’ai coulé cette préparation dans des moules en forme de mini-sphères, et j’ai mis le tout au congélateur.

NB : une prochaine fois, je ferai compoter un peu plus longtemps les framboises pour que le goût soit plus concentré, et je mettrai une feuille de gélatine en plus pour avoir une meilleure tenue.

Etape 3 : La mousse bavaroise au chocolat. 

– 25 cl de lait
– 20 cl de crème liquide entière
– 50 g de chocolat noir à 70%
– 25 g de cacao amer en poudre
– 60 g de sucre
– 4 jaunes d’oeufs
– 6 g de gélatine

Faire une crème anglaise au cacao : battre le cacao avec le sucre et les jaunes. Pendant ce temps, porter le lait à ébullition puis le verser tout en fouettant sur les jaunes. Remettre sur le feu une ou 2 minutes.
Ajouter la gélatine réhydratée et le chocolat en petits moceaux et bien mélanger, le mélange doit être homogène.
Laisser refroidir.
Monter la crème en chantilly et la mélanger délicatement à la crème au chocolat.

Etape 4 : Le montage. 

Placer le biscuit au fond du moule, disposer la totalité des demi-sphères de framboise par-dessus et couler la mousse bavaroise sur le tout en lissant bien la surface (déjà là, j’ai eu bien du mal, mon super-moule maison en carton était moyennement adapté au lissage à la spatule).

Mettre au congélateur une nuit.

Etape 4 : Le glaçage miroir.

Faire chauffer 80g d’eau avec 230 g de sucre. Le sucre doit être dissout et un sirop doit se former. Stopper la cuisson quand le sirop atteint l’ébullition.
Dans un saladier, verser 80 de cacao amer puis ajouter le sirop tout en fouettant.
Faire chauffer 160 g de crème liquide entière et la mélanger avec 12 g de gélatine réhydratée.
Mélanger la crème au sirop au cacao à la spatule.
Laisser refroidir à température ambiante : le sirop doit atteindre 30 à 32°C.

Sortir le bavarois du congélateur et couler le glaçage sur le gâteau en évitant d’y mettre des coups de spatule.

Autant dire que mon glaçage ne devait pas être assez chaud (pourtant il était à la bonne température, d’après mon thermomètre Ikea…) et il a pris trop vite sans bien napper les côtés du gâteau. D’où les coups de spatule. D’où l’aspect moche du gâteau. Bref.

Etape 5 : La décoration.

Les dents et les yeux du chat sont en pâte à sucre.

Verdict : il était très bon, ce gâteau moche. Mais comme dirait mini-Cortex : « Mais moi je voulais un chat violet ! »

Ingrate, va.

 

Cake aux Carambar®

12 Nov

Ce midi a lieu une vente de gâteaux à l’école de mini-Cortex n°1 : l’occasion de passer une après-midi mère-fille à faire un peu de popotte ! Mini-Cortex a « épluché », comme elle dit, une bonne partie des Carambar®, fouetté la pâte (presque) sans en mettre partout, et trempé ses doigts dans le saladier pour vérifier 12 fois de suite si c’était bon.

NB: C’était bon.

IMG_20141112_090018

La recette est bien entendu celle de sa créatrice Audrey ! >> clic ! <<

J’ai ajouté une petite déco en pâte à sucre, histoire que le parfum du cake soit identifiable par les parents qui vont en acheter ce midi. Le cake a cuit dans un moule en carton Ikea de la collection de Noël (j’ai vérifié, le cake se décolle bien du moule).

Pour être exacte, j’ai doublé la recette : ça nous a donné deux grands cakes et deux petits cakes cuits dans les moules Ikea. Les deux petits ont été dévorés hier au goûter, donc pas de photo 😉

Tarte exotique {ananas – coco – passion}

3 Nov

Minus est venu voir mini-Cortex n°2, youpiiii !!! Et quand Minus vient dormir chez Cortex, on papote, on rigole, et on apprécie la bonne chère !

Pour le dessert, j’ai opté pour des parfums exotiques : l’ananas, la noix de coco et le fruit de la passion, ces deux derniers sous plusieurs formes. La tarte se compose :
– d’une pâte sucrée vanillée
– d’une crème pâtissière à la noix de coco
– d’un peu de pulpe de fruit de la passion
– de tranches d’ananas rôties au four
– de chantilly à la noix de coco

tarte_ananas

Petit ratage au niveau de la pâte… La première pâte ayant finie carbonisée, j’ai étalé celle-ci rageusement et à la va-vite. Résultat : un trou. Il y a des soirs comme ça…

Pour 4 à 6 personnes, il faut :

  • une pâte sablée ou brisée, ou la même pâte que pour la tarte tatin aux poires
  • 2 fruits de la passion
  • pour la crème pâtissière à la noix de coco :
    • 4 jaunes d’oeufs
    • 20 cl de lait
    • 30 cl de lait de coco
    • 100 g de cassonade
    • 50 g de farine
    • vanille en poudre
  • pour l’ananas rôti :
    • un ananas bien mûr
    • environ 2 càs de cassonade
  • Pour la crème chantilly à la noix de coco :
    • 20 cl de crème fleurette entière
    • environ 3 càs de cassonade
    • une belle càs de noix de coco râpée

1°/ Mettez la crème, un bol et les fouets de votre batteur au frais.

2°/ Préparez la crème pâtissière :
Dans un saladiez, blanchissez au fouet les jaunes d’oeufs avec la cassonade. Ajoutez la farine et fouettez bien. Pendant ce temps, portez à ébullition le lait, le lait de coco et une lichette de vanille en poudre. Quand ça frémit, versez sur les jaunes blanchis tout en fouettant puis remettez le tout dans la casserole. Faites chauffer à feu doux tout en remuant quelques minutes (en 3 ou 4 mn, c’est plié) jusqu’à ce que la crème ait épaissi.
Réservez au frais, sous un film au contact, le temps de préparer le reste de la recette.

3°/ Préparez (ou achetez) la pâte à tarte. Foncez le moule chemisé de papier sulfurisé ou graissé et faites-la cuire à blanc : enfournez environ 20 mn à 180°C en la garnissant de papier sufurisé recouvert de billes en céramique ou d’haricots secs.

NB : surveillez-la bien, la mienne a trop cuit, d’où la pâte foncée à la va-vite (c’est tout moche !) dans un moment d’énervement.

4°/ Epluchez l’ananas et tranchez-le. Elevez le coeur à l’aide d’un petit emporte-pièce ou d’un couteau bien aiguisé. Disposez les rondelles sur une plaque recouverte de papier sulfurisé et saupoudrez-les de cassonade. Enfournez-les en même temps que la pâte à tarte pour environ 15 mn (pareil, on surveille !). Laissez refroidir.

5°/ Coupez les fruits de la passion en 2 et récupérez-en la pulpe.

6°/ Montez la crème en chantilly avec le sucre. Quand elle commence à être bien ferme, ajoutez la noix de coco. Versez la chantilly dans une poche à douille munie d’une douille cannelée.

7°/Dressez la tarte :
Etalez la crème pâtissière bien froide dans le fond de tarte refroidi. Au-dessus, étalez une ou deux cuillerées de fruit de la passion. Disposez ensuite les rondelles d’ananas (mon moule est en longueur, je les ai faites se chevaucher). Enfin, décorez avec la crème chantilly.

J’ai servi les parts de tarte avec une boule de sorbet au fruit de la passion présentée dans un demi fruit de la passion évidé, et avec un joli dôme de crème chantilly. Le reste de fruit de la passion fait office de coulis pour l’ensemble du dessert.

Yummy !

Tarte tatin aux poires et à la vanille

28 Oct

On puise l’inspiration où on peut : hier soir, c’était au dos de la boîte de cassonade. Il y figurait une appétissante photo de tarte tatin aux poires et aux épices. Je n’ai quasiment rien gardé de la recette d’origine : trop de beurre, de sucre, d’épices que j’apprécie moyennement – cannelle, gingembre, muscade – et l’emploi d’une pâte sablée (toute faite). Ce choix ne me semble pas très judicieux, vu le jus qui s’échappe des poires caramélisées, j’ai bien peur que la pâte soit toute collante, absolument pas croustillante, autant dire impossible à servir en parts qui se tiennent bien. J’ai revu la pâte de Michel Roux vue chez La popotte de Manue en version sucrée.

La tarte a cuit dans une poêle ingénio Téfal (comme le cookie géant) de 24 cn de diamètre.

IMG_20141027_201018_edit

1°/ Pour la pâte brisée vanillée, sachant que ces proportions vous donneront de quoi faire deux tartes (m’enfin vous conviendrez qu’un demi oeuf, c’est assez peu pratique ! du coup je garde le restant de pâte au frais, elle se conserve bien), il faut :

  • 250 g de farine (j’ai mélangé de la farine blanche à un fond sachet de farine multi-graines et à un autre fond de sachet de farine complète)
  • 120 g de beurre
  • un oeuf
  • 1 càc de sel
  • 3 càs de cassonade (quantité mise à vue de nez)
  • 4 cl d’eau froide
  • vanille en poudre

Mélangez avec les feuille du robot ou avec vos blanches mains tous les ingrédients sauf l’eau, à ajouter en dernier. Réservez au frais, emballée dans du film alimentaire.

Pour une tarte (théoriquement) pour 4 à 6 personnes (à qui on a mis une grosse claque à deux…), il faut :

  • 100 g de cassonade
  • 35 g de beurre
  • vanille en poudre
  • 5 à 6 poires (selon leur taille) bien mûres : j’ai mélangé ce que j’avais, des comice et des conférence
  • la pâte à tarte révervée au frais

Préchauffez le four à 180°C.
Dans une poêle qui passe au four ou dans une tourtière, faites fondre le beurre à feu moyen. Ajoutez la cassonade et de la vanille en poucre.Versez les poires épluchées et coupées en deux. Laissez cuire à feu doux une dizaine de minutes (les poires ne doivent pas finir en compote !). Pendant ce temps, divisez la pâte à tarte en deux et étalez une moitié sur un diamètre légèrement supérieur à celui de la poêle.
Ôtez la poêle du feu, saisissez la pâte (et votre courage) à deux mains et posez-la sur la poêle, puis enfoncez pâte tout autour des poires.
Enfournez environ 35 mn en surveillant.
Laissez refroidir un peu avant de démouler, et pensez à le faire au-dessus de l’évier, le caramel est liquide avant le refroidissement !

S’il en reste un peu, la tarte reste bien croustillante le lendemain. Il en restait une part… (pour rappel : on n’était que deux à en manger !)

IMG_20141027_201105_edit

La tarte au citron de Christophe Michalak

11 Août

Pour ses 30 ans, monsieur Cortex m’a demandé de lui préparer un dessert qu’il affectionne particulièrement : une tarte au citron meringuée. Une gageure, sachant qu’il fallait en réaliser une pour 20 personnes et que je ne voulais pas avoir à passer la journée, voire la soirée, derrière les fourneaux, laissant nos invités et mon jeune trentenaire s’amuser sans moi.

Les écueils à éviter quand on prépare une tarte au citron pour 20 personnes la veille :

  • une pâte sablée qui risque de ramollir
  • le lemon curd, qui risque de rendre de l’eau
  • idem pour la meringue italienne, qui rend de l’eau et ramollit la pâte
  • … sans compter la difficulté de faire cuire une pâte sablée pour 20 personnes dans un cadre en faisant une bordure bien nette.

Les solutions, parce qu’il y en a ! (merci Christophe Michalak !)

  • faire une crème au citron qui se conserve bien
  • réaliser une pâte minute sans cuisson
  • faire des meringues sèches, et non une meringue italienne passée au chalumeau
  • faire le montage le matin même, mais avoir préparé tous les ingrédients à l’avance !

La recette de Michalak, que voici, est prévue dans un cadre de 20 x 20 cm pour 6 personnes (6 ogres qui n’ont rien avalé depuis 3 jours et vrais becs sucrés, ou alors 12 mangeurs moyens qui ont déjà bien profité d’un repas assez copieux), je l’ai adaptée pour un cadre de grosso modo 20 x 40 cm, soit la taille de mon plateau.

Un peu de matériel sera nécessaire : un thermomètre de cuisson (à peine 8€ chez ikéa pour un minuteur / thermomètre de cuisson), un mixeur plongeant, des poches à douille jetables et une petite douille cannelée, voire une douille lisse.

20140810_013116

(la recette de base , et en italique mes proportions / modifications)

  • Pour le crémeux au citron 
    • 3 oeufs
    • 150 g de sucre semoule
    • 150 g de jus de citron
    • 1 feuille de gélatine
    • 180 g de beurre (pas de margarine, pas d’allégé !)
      • ou
    • 4 oeufs
    • 200 g de sucre
    • 300 g de jus de citron
    • le zeste de 2 citrons non traités 
    • 200 g de beurre
    • 2 feuilles de gélatine, soit 4 g

Tout est à faire la veille, à réserver dans une poche à douille fermée hermétiquement par des pinces ikéa !
Faire tremper la gélatine dans de l’eau froide. Pendant qu’elle ramollit, zester les deux citrons et presser les citrons nécessaires pour récolter 30 cl de jus. Mettre le tout dans une casserole avec le sucre, les oeufs et la gélatine essorée.
Faire chauffer à 85°C en remuant sans arrêt, ôter du feu puis verser la préparation dans saladier. Laisser refroidir jusqu’à atteindre 45°C et sortir le beurre du réfrigérateur pendant ce temps, pour qu’il soit mou et à température ambiante.
Quand la crème au citron est à 45°C, incorporer petit à petit le beurre en mixant au mixeur plongeant.
Réserver la crème dans une poche à douille (munie ou non d’une douille lisse) et la fermer hermétiquement.

  • Pour les meringues
    • un sachet de petites meringues acheté chez son pâtissier
      • ou
    • 60 g de blancs d’oeufs
    • 120 g de sucre blanc

(Tout est à faire la veille) Battre les blancs en neige. Lorsqu’ils commencent à être bien montés, ajouter progressivement le sucre en poudre en continuant de fouetter. Les blancs deviennent brillants, nacrés, et forment des becs d’oiseau.
Mettre les blancs dans une poche à douille munie d’une petite douille cannelée et dresser sur une plaque chemisée de papier sulfurisé. Enfourner pour 2h à 85°C (on peut même, au terme des 2h, éteindre le four et y laisser les meringues, à cette température elles ne vont pas colorer). Réserver les meringues refroidies dans une boîte en fer blanc ou un bocal hermétique.

  • Pour le sablé reconstitué
    • 300 g de sablés achetés chez son pâtissier
    • 60 g de noix de coco râpée
    • 90 g de beurre fondu
      ou
    • 400 g de Digestive biscuits
    • 80 g de noix de coco râpée
    • 120 g de beurre fondu

(La veille) Faire torréfier dans une poêle chaude la noix de coco en remuant sans cesse avec une cuiller en bois. Réserver.
Réduire les biscuits en fine poudre au robot. Réserver.
(Le jour même) Faire fondre le beurre et le mélanger avec la noix de coco et la poudre de biscuits. Tasser dans un cadre en utilisant le fond d’un verre ou les mains. Réserver au frais (étape zappée, faute de temps, ça le fait quand même, le biscuit a pris par la suite au frais).

J’ai volontairement laissé de côté l’étape des citrons confits, faute de temps également.

Le montage :

Le jour J, finir la pâte sablée reconstituée comme indiqué plus haut. Dresser la crème au citron de façon régulière et disposer les meringues par dessus. Zester un citron vert au-dessus de la tarte et réserver au frais jusqu’au moment de servir.

Crumble léger pour gourmands pressés !

1 Juil

Hier soir, nous avons dégusté une salade de fraises à la menthe – avec de la chantilly, c’est mal… – dont il me restait un fond de saladier. On n’a pas toujours envie de faire la popote quand on est tout seul à la maison, le midi, m’enfin ce serait trop triste d’utiliser ce prétexte pour manger à même le saladier !

Cette recette, inspirée de celle d’Estérelle, ne nécessite pas de cuisson au four, et pas besoin de patouiller à pleines mains la pâte à crumble. Une poêle et une cuiller en bois suffisent !

crumble2

 

Pour 2 gourmands, il faut :

  • 6 à 8 cuillers à soupe de flocons d’avoine
  • 2 cuillers à soupe de confiture (j’ai pris de la confiture de cerise maison)
  • une noix de beurre

Faites fondre la noix de beurre dans la poêle. Ajoutez les flocons d’avoine et la confiture, et laissez cuire 5 à 6 mn en remuant sans cesse (les flocons d’avoine s’agglomèrent et caramélisent légèrement). Laissez refroidir quelques minutes et parsemez un ramequin de fruits crus ou cuits (ou de compote, ou de yaourt, après tout…). C’est tout !

 

crumble

Chocolate Brownie cookies

23 Juin

Cette recette a fait le tour de bon nombre de blogs ces derniers mois… et je n’ai pas réussi à leur résister. La faute au blog Le Pétrin, avec ses photos plus qu’alléchantes !

Ces biscuits sont croustillants en surface, moelleux à l’intérieur, forts en chocolat… la tentation à l’état brut !

IMG_20140622_170724

Pour une vingtaine de biscuits, il faut :

  • 35 g de farine
  • 1/4 de càc de sel
  • 1/4 de càc de levure
  • 20 g de cacao en poudre
  • 150 g de chocolat noir
  • 30 g de beurre
  • 145 g de sucre cassonade
  • 1 càc de café lyophilisé vanille en poudre
  • 2 oeufs
  • 100 g de chocolat noir en pépites

Battez longuement (6 à 8 mn) les oeufs avec le sucre, le mélange doit être bien mousseux (au robot, ça permet de faire les autres étapes de la recette en même temps).
Pendant ce temps, faites fondre au bain-marie ou au micro-ondes le chocolat et le beurre. Lissez.
Tandis que le chocolat fond, mélangez la farine, la levure, le sel, la vanille et le cacao . (Si les pépites ne sont pas toutes faites, concassez vos 100 g de chocolat noir en pépites.)
Mélangez les oeufs battus avec le chocolat fondu, puis ajoutez le mélange farine / cacao  en mélangeant délicatement à la maryse.
Terminez par les pépites de chocolat.
Faites des petits tas sur deux plaques chemisées de papier sulfurisé et enfournez 7 à 8 mn à 190°C.
Laissez-les refroidir sur une grille.

IMG_20140622_170733