Archive | Chez Cortex RSS feed for this section

Potatoes maison

10 Mar

Point de friteuse chez Cortex, même pas l’ombre d’une Actifry (qui me fait de l’oeil depuis un moment, mais l’achat du Thermomix impose quelques renoncements…). Monsieur Cortex aimant les frites, il faut bien se contenter des moyens du bord : généralement, c’est McCain qui nous régale… Et quand il y a pénurie dans le congélateur, c’est Cortex qui s’y colle !

Le reste des potatoes est dans nos assiettes !

Le reste des potatoes est dans nos assiettes !

Pour deux (gros mangeurs) :

  • 8 pommes de terre moyennes (si possible allongées, variété à frites)
  • sel
  • épices (ici, herbes de Provence)
  • 1 à 2 càs d’huile d’olive (l’idée étant qu’il y en ait assez pour enrober toutes les potatoes, mais pas trop non plus pour ne pas les noyer)

Laver les pommes de terre et les couper en huit pour former des segments allongés. Bien sécher tout ça dans un torchon propre (qui ne le sera donc plus…). Verser les futures potatoes dans un saladier, ajouter le sel, l’huile d’olive, les épices, et bien mélanger pour enrober chaque potatoe.
Verser sur la lèche-frites du four (recouverte de papier cuisson, ça limite la corvée de vaisselle).

Quand je dis que c'était une dose pour deux gros mangeurs...

Quand je dis que c’était une dose pour deux gros mangeurs…

Enfourner 30mn à 200°C environ. Retourner à mi-cuisson.

Servies avec des « cordon bleu » maison ! (recette à venir)

IMAG0302-1

Conchiglioni farcis alla Cortex

6 Mar

Chez ma mémé, il y avait un énorme coquillage posé sur un napperon en dentelle, sur un guéridon dans le vestibule. Minus et moi y collions l’oreille pour entendre le bruit de la mer…

Voilà à quoi me font penser les conchiglioni, ces grosses pâtes italiennes en forme de coquillage. Alors quand j’en ai acheté la semaine dernière, c’était plutôt dans l’optique de les mettre dans un bocal en verre pour décorer ma cuisine, à défaut de les poser sur un guéridon (que je n’ai pas) dans le vestibule (que je n’ai pas non plus).

IMAG0272

C’est-y pas beau, ces pâtes multicolores ?

Tout bien réfléchi, je les aime encore mieux dans mon assiette. Tant pis pour la déco ! (de toute façon, ma cuisine est déjà bien encombrée, autant ne pas la charger avec de nouveaux nids à poussière…)

Pour 3 ou 4 personnes, compter à peu près :

  • 200 g de conchiglioni
  • une boîte de ricotta
  • 4 ou 5 galets d’épinards surgelés (c’est précis, hein !)
  • un oeuf (facultatif : ça donne un peu plus de tenue à la farce)
  • 50 g (ou plus) de saumon fumé (j’achète des chutes de saumon)
  • coulis de tomate
  • ail (en poudre, pour moi)
  • grana padano (ou parmesan, ou gruyère)

Faire cuire les conchiglioni 10 à 12 mn dans de l’eau salée, en remuant de temps en temps délicatement – ça casse !  Les égoutter pour les immerger dans de l’eau froide (pour éviter que la cuisson ne se poursuive et que les pâtes ne collent entre elles).
Pendant la cuisson, faire décongeler les épinards (ou égoutter une petite boîte d’épinards en conserve, ou faire cuire des épinards frais) puis les égoutter. Dans un saladier, mélanger à la fourchette la ricotta, les épinards, les chutes de saumon fumé (+ l’oeuf) et poivrer..
Farcir les pâtes avec le mélange à l’aide d’une petite cuiller. Les disposer au fur et à mesure au fond d’un plat à gratin beurré (si possible en une seule couche – mon plat était un peu petit).

IMAG0274

Arroser généreusement (ici, pauvrement : il m’en restait un malheureux fond de pot) de coulis de tomates (+ ail). Parsemer de grana padano.

IMAG0275

Enfourner environ 20 mn à 180°C pour réchauffer les pâtes et faire gratiner le fromage.

IMAG0276

A déguster avec une petite salade de roquette. Buon appetito !

[Thermomix] [ou sans Thermomix !] Chinois

5 Mar

[16:30:23] Minus : Ce gâteau est originaire d’Allemagne où il porte le nom de Schneckenkuchen signifiant Gâteau en escargots. En effet sa forme est composée de spirales juxtaposées rappelant la coquille du gastéropode. Un des premiers importateurs Français de ce gâteau ne parlait pas un mot d’allemand et quand il se faisait livrer, le fournisseur lui présentait ses « Schneckenkuchen ». Devant la difficulté à prononcer ce mot, l’importateur répondait « de toutes façons pour moi c’est du Chinois » Le mot Chinois est resté pour le désigner.

[16:30:26] Minus : pour la culture ^^

Je ne pouvais pas vous priver de cette passionnante discussion sur Skype entre Minus et Cortex. Grâce à wikiminus, j’aurai donc appris que j’ai bâfré toute seule deux coquilles de schneckenkuchen, généreusement garnies de crème pâtissière et de pépites de chocolat fondantes. Z’êtes jaloux, hein ?

IMAG0266

Pour un chinois, il faut :

  • 420 g de farine
  • 20 g de levure de boulanger fraîche
  • 1/2 càc de sel
  • 60 g de sucre (ici, cassonade)
  • 100 g de beurre (j’ai mis de la margarine)
  • 2 oeufs
  • 10 cl de lait

Pour garnir la pâte :

  • un petit bol de crème pâtissière (faite aussi au thermomix)
  • 100 g de pépites de chocolat

Dans le bol du thermomix, verser le lait, le sucre et la levure émiettée. Faire chauffer 2mn30 à 37°C, vitesse 2.
Ajouter tous les autres ingrédients et programmer 3 mn en mode pétrin. (inutile de mixer 10 secondes en sens inverse vitesse 2 comme lorsqu’on fait du pain : la pâte étant collante, elle ne se détachera pas mieux des parois)

A la main : faire tiédir le lait, y verser la levue émiettée et laisser reposer une dizaine de minutes. Verser tous les autres ingrédients et pétrir joyeusement.

A la MAP : programme pâte seule.

Verser la pâte dans un saladier et couvrir d’un torchon. Laisser pousser dans un endroit tiède (près du radiateur) environ 1h30.

 

Pendant ce temps, faire une crème pâtissière et hacher 100 g de chocolat noir en pépites.

Quand la pâte a doublé de volume, la dégazer (pétrir pour chasser l’air) et l’étaler en un grand rectangle sur un plan de travail fariné. Mon rectangle devait faire 50 x 30 cm.
Etaler de la crème pâtissière (pas trop, sinon ça va déborder) sur la pâte et la parsemer de pépites de chocolat. Rouler la pâte en boudin (en partant du grand côté : le boudin doit faire 50 cm de long). Couper ce boudin en 8 tronçons, chaque tronçon étant déposé au fur et à mesure dans un moule à manqué beurré et fariné (ou en silicone) de manière à former une fleur.
Couvrir d’un torchon et laisser lever 1h environ.

IMAG0265

Avant d’enfourner

Un quart d’heure avant la fin de la levée, préchauffer le four à 180°C. Badigeonner la pâte de lait et enfourner pour 25mn à 180°C.
Laisser refroidir sur une grille.

IMAG0268

La mie est filante…

IMAG0270-1

et le chocolat fondant…

[Thermomix] Fondant au chocolat et aux pruneaux (oui oui oui ! et c’est bon !)

26 Fév

Grosse envie de chocolat aujourd’hui. Dans le frigo, un fond de sachet de pruneaux dénoyautés. Les pruneaux, c’est bon, doux, sucré, on doit bien pouvoir en faire quelque chose avec le chocolat.

– Oui, Minus, j’ai l’amour du risque. Va pour un fondant au chocolat et aux pruneaux (recette de Cléa > clic !).

IMAG0258-1

Pour 4 personnes :

  • 150 g de pruneaux dénoyautés (dans mon cas, le fond du sachet de pruneaux + quelques abricots moelleux pour compléter)
  • 100 g de chocolat noir
  • 2 oeufs
  • 30 g de sucre complet
  • 80 g de farine (T80 chez Cléa, ou T ce que vous voulez)
  • 2 càc de levure

Grosse envie de chocolat, mais grosse flemme. Vive le thermomix !
Mettre le chocolat dans le bol et mixer quelques secondes vitesse 6 pour le réduire en poudre. Le faire fondre à 37°C pendant 1 à 2mn. Mettre tous les autres ingrédients dans le bol et mixer vitesse 6 2 à 3 mn, en faisant des pauses pour racler les parois avec une spatule.
Verser l’appareil dans un moule à cake (Cléa nous dit qu’il faut le huiler, moi, j’ai un moule en silicone !). Enfourner 15 mn à 175°C. Démouler quand le gâteau est froid.

Déguster devant Dr House.

Semoule au lait et dés d’abricots moelleux

25 Fév

Premier jour de vacances. Première journée en tête à tête avec un grand bébé qui fait ses premiers pas et explore, avec force cris de joie, la maison (quel bonheur de vider le placard à pâtisserie de maman, et de répandre sur le sol de la cuisine, fraîchement nettoyé, le contenu d’un sachet de chantifix – ça colle, le chantifix).

Point de chichis ce soir, la journée a été intense. Cortex a bien mérité un petit dessert tout simple, rapide à préparer, et bi gouleyant, comme on dit par t’che mé.

IMAG0244-1-1

La piètre qualité de cette photo ne rend pas honneur à ce petit dessert (sans prétention, certes, mais très bon !)

Pour deux petits pots, il faut :

  • 30 g de semoule de blé fine
  • 25 cl de lait (demi-écrémé)
  • 20 g de sucre (ici, 10 g de fructose) + 1/2 sachet de sucre vanillé (pour moi, une cuillerée de sucre vanillé maison*) + une lichette de vanille liquide
  • 4 abricots moelleux

Verser la semoule en pluie dans le lait froid tout en mélangeant énergiquement, pour éviter les grumeaux (et les grumelles, huhuhu). Ajouter les sucres et la vanille. Faire cuire un petit quart d’heure en remuant sans cesse à la cuiller en bois. Une fois que le lait est bien absorbé, ajouter les abricots moelleux coupés en petits dés.

C’est bon tiède, c’est bon froid, c’est bon à même la casserole. Même mini-Cortex a aimé !

* Le sucre vanillé maison : dans un bocal en verre, mettre 1 kg de sucre blanc et y laisser une ou deux gousses de vanille (celles dont on a récupéré les grains pour faire un quelconque dessert – faut pas gâcher) : très parfumé et économique !

Hamburgers tandoori maison… meilleurs que chez Mc Donald’s !

24 Fév

– Dis Cortex, qu’est-ce qu’on mange ce soir ? 

Cette question récurrente est généralement posée par monsieur Cortex. Ce samedi soir, alors que nous revenions de la grande ville, il s’est mis à neiger : pas question de faire un crochet pour passer au Mc Do et risquer de rester coincés sur sur un périph’ aussi glissant qu’une patinoire.

– Dis Cortex, tu me ferais un Mc Do ? 

J’ai donc, avec les fonds de placards, improvisé des hamburgers maison (sauf les petits pains, sinon on aurait mangé au milieu de la nuit, et quand monsieur Cortex a faim, il a faim maintenant, tout de suite, sans attendre !).

IMAG0230-1

Avec un ti punch… mmmh !

Pour 2 hamburgers tandoori, il faut : 

  • 2 pains à hamburgers
  • sauce tandoori (toute faite ce soir ; sinon, mélangez un pot de yaourt / fromage blanc avec une cuiller à soupe d’épices tandoori)
  • 1/2 poivron vert
  • 1/2 poivron rouge
  • 1/2 poivron jaune
  • 1 tomate
  • 1 oignon
  • 2 poignées de roquette
  • gruyère râpé
  • 4 aiguillettes de poulet (parce que je n’avais que ça, mais 2 petites escalopes de poulet ou de dinde feront très bien l’affaire)
  • 1 blanc d’oeuf
  • chapelure

Préchauffer le four à 180°C.
(Pendant le reste de la préparation, en profiter pour mettre des frites sur la lèche-frite)
Couper les petits pains à hamburgers en deux et beurrer chaque face. Réserver.
Tremper les aiguillettes de poulet dans un blanc d’oeuf puis les rouler dans la chapelure. Réserver.
Emincer les poivrons en fines lanières. Réserver.
Couper l’oignon en fines lanières et la tomate en fines tranches. Réserver.
Il ne reste plus que 5mn de préparation :
Faire chauffer un peu de matière grasse dans une poêle et y déposer les aiguillettes de poulet. Parallèlement, faire sauter dans un peu d’huile les lanières de poivrons. Mettre les pains au four, face beurrée vers le haut.
Au bout d’environ 2mn, retourner les aiguillettes. Déposer sur chacune un peu de gruyère râpé : le gruyère va fondre pendant que l’autre face du poulet cuit.
2mn plus tard, passer au dressage : sortir du four les moitiés inférieures des pains et les tartiner avec une cuillerée de sauce tandoori. Ajouter quelques lamelles d’oignons, une cuillerée de poivrons sautés, les aiguillettes de poulet panées surmontées de leur gruyère fondu, ajouter 2 rondelles de tomates, une petite poignée de roquette. Sortir les chapeaux des pains et fermer les hamburgers (avec un pic à brochette, sinon ça risque de s’effondrer).
Servir avec des frites et une petite salade.

Avec une salade de fruits frais et une chantilly maison en dessert, nous nous sommes régalés !

IMAG0231-1

[Thermomix] [ou à la casserole] Crèmes dessert légères (mais au Nutella, parce qu’on ne se refait pas)

19 Fév

Dans la famille Cortex, on aime les crèmes dessert légères : sans oeufs, sans beurre ni crème (mais crémeuses tout de même !) Or Cortex a bien épluché pour vous les livres de recettes Thermomix : leurs recettes de crèmes dessert font grossir rien qu’en les lisant. Beaucoup de crème, des jaunes d’oeufs, du beurre (au cas où ça manquerait de lipides), beaucoup de sucre. Pour un dessert de tous les jours, il faut savoir raison garder. J’ai donc adapté ma bonne vieille recette au super-robot-qui-fait-tout.

IMAG0197

La recette de base de maman-Cortex (pour 4 personnes) : 

  • 50 cl de lait 
  • 4 càs de maïzena
  • 2 càs de sucre (voire un peu plus, selon le parfum choisi)
  • pour aromatiser : 2 càs de cacao amer (+ quelques carrés de chocolat, si on est gourmand) ; une cuillerée de vanille liquide ; ou une poignée de fraises tagada (dans ce cas, enlever le sucre de la recette) ; on peut remplacer une partie du lait par du lait de coco et ajouter environ 50g de chocolat blanc + une cuillerée de noix de coco râpée… Les possibilités sont vastes !

D’abord, délayez la maïzena dans quelques cuillers de lait froid. Versez dans une casserole avec le reste du lait et le sucre (+ l’arôme choisi) et faites chauffer à feu doux, quelques minutes, sans cesser de remuer, sans faire bouillir, jusqu’à ce que je mélange épaississe (5 à 10mn). C’est prêt !

Version Thermomix : délayez la maïzena dans un peu de lait directement dans le bol du robot, puis ajoutez tous les ingrédients.  Mixez une dizaine de secondes vitesse 6. Faites cuire 8 à 10 mn à 90°C, vitesse 2.

Pour ma part, j’ai réalisé la recette sans le sucre, mais avec 2 cuillerées de Nutella (qui n’en était pas, en réalité : une pâte à tartiner maison). Et c’était bon !

Vous me direz, à quoi bon faire des crèmes légères si c’est pour y mettre du Nutella. Vaste question. Cortex y songe encore !

[Thermomix] Oranges amoureusement givrées

14 Fév

Chez Cortex, on est d’un romantisme à toute épreuve : pour la Saint-Valentin, c’est soirée foot. Lyon a gagné, ça se fête ! Pour l’occasion, nous avons dégusté devant la télévision, lovés dans le canapé, nos oranges givrées amoureusement préparées quelques heures auparavant.

IMAG0220-1

Pour deux amoureux, il faut :

  • 3 oranges
  • 75g de sucre en morceaux
  • 1 blanc d’oeuf

Pour le sorbet :
Au dessus d’un bol (pour ne pas perdre le jus), peler à vif une des trois oranges et en prélever les suprêmes (les quartiers sans la peau).
Couper le haut des deux autres oranges et les évider à l’aide d’une cuiller à pamplemousse (ou d’un couteau bien aiguisé et d’une cuiller). Garder la chair et le jus.
Mettre le jus dans un bac à glaçons ou un sachet à glaçons ; pour les quartiers, j’ai opté pour tout fourrer dans un sac congélation. Congeler le tout, donc.
Quelques heures plus tard, mixer le sucre 30 secondes vitesse 9. Ajouter les glaçons de jus d’orange et les quartiers congelés (pour ma part, ça formait un bloc compact que j’ai coupé en petits morceaux à l’aide d’un couteau pour produits congelés) et donner quelques impulsions de turbo. Ajouter le blanc d’oeuf et mixer ensuite 1mn vitesse 6.
Le sorbet obtenu n’est pas très ferme : placer 2h au congélateur.

Avec un couteau pointu, former un coeur sur chaque orange et l’enlever délicatement. Placer les oranges et leurs chapeaux au congélateur.

Quand la glace est bien prise, remplir les oranges et replacer le chapeau.

C’est prêt !

IMAG0221-1

Heureusement, il reste du sorbet !

Coulants au chocolat des « Petites bouches » à la fleur de sel

6 Fév

– Dis Cortex, pourquoi est-ce que tes gâteaux s’appellent les « coulants au chocolat des petites bouches » ? Ce sont des coulants pour Minus ? 

– Non Minus, il faut vraiment tout t’expliquer…  

Cortex doit vous faire un aveu après quoi vous ne le regarderez plus jamais de la même manière.
Le matin, en  partant au travail, Cortex écoute la radio dans sa voiture. Un Cortex digne de ce nom écouterait France culture, France Inter, Europe 1, que sais-je ! une radio pour Cortex. Au lieu de cela, Cortex écoute France Bleu Basse-Normandie (ne riez pas). Vers 10h débute l’émission « Grains de sel », où l’animatrice reçoit des chefs normands qui détaillent parfois quelques unes de leurs recettes.
Lundi dernier, le chef du resto caennais « Les petites bouches » (rue Guillaume le Conquérant, pour les Normands) était invité. Le bien nommé Franck Farcy (j’ai ri, ça doit être mon côté Minus) a donné sa recette des coulants au chocolat, bien enregistrée par un Cortex chocolatophile.

IMAG0193-1

Première cuillerée : ça coule déjà…

Pour environ 12 coulants (cuits dans des empreintes à muffins, et même ici dans des caissettes en papier) :

  • 250g de chocolat noir (ici du Lindt à 70% de cacao)
  • 250g de beurre
  • 200 de sucre (ou 100g de fructose)
  • 100g de farine
  • 6 oeufs
  • (fleur de sel)

1. Faire fondre le chocolat cassé en morceaux avec le beurre.
2. Ajouter les oeufs légèrement battus avec le sucre. Fouetter énergiquement.
3. Ajouter la farine tamisée et fouetter.
Pour ma part, j’ajoute à ce moment un peu de fleur de sel, qui se marie parfaitement avec le chocolat noir.
4. Cuire 8 à 9mn à 180°C. Laisser refroidir environ 10mn avant de déguster.

Cette recette permet d’obtenir un véritable coulant, ou plutôt un mi-cuit. Pour ma part, je n’aime pas trop toutes ces recettes de coulants au chocolat qui sont plutôt des muffins fourrés avec un carré de chocolat qui fond à la cuisson. Celui-là est divin !

IMAG0194-1

Deuxième cuillerée : ça coule, dégouline, s’échappe…

[Thermomix] Gaufres légères et croustillantes

3 Fév

A la chandeleur, on fait généralement des crêpes. Chez Cortex, la flemme du dimanche soir aidant, on opte pour les gaufres :  pas de besoin de rester debout devant la plaque de cuisson,  le poignet en alerte, prêt à faire sauter les crêpes ; pas d’angoisse de la crêpe à trous, qui laissera dégouliner la confiture, comme par les trous de la tartine. Le gaufrier fait tout le travail…

Comme je suis bien décidée à rentabiliser mon Thermomix (et à préparer le repas rapidement), j’ai préparé la pâte à gaufre et du sorbet avec le robot-qui-sait-tout-faire.

Une petite pensée émue pour le vieux gaufrier de maman-Cortex, qu'il fallait retourner à mi-cuisson et qui faisait des gaufres gigantesques, d'une taille qu'aucun gaufrier moderne et diététiquement correct ne saurait proposer...

Une petite pensée émue pour le vieux gaufrier de maman-Cortex, qu’il fallait retourner à mi-cuisson et qui faisait des gaufres gigantesques, d’une taille qu’aucun gaufrier moderne et diététiquement correct ne saurait proposer…

Pour une quinzaine de gaufres :

  • 2 œufs
  • 70g de beurre
  • 30 g de sucre + une càc de vanille liquide (ou 20g de sucre et un sachet de sucre vanillé)
  • un sachet de levure chimique
  • 250g de farine
  • 360ml de lait
  • 1/2 càc de sel

Verser tous les ingrédients dans le bol et mixer 20 secondes vitesse 9 (ou pour les non-équipés, dans un saladier, au fouet électrique). Laisser reposer 1h dans un endroit tiède (devant le sèche-serviettes de la salle de bain !)
Dans mon petit gaufrier Téfal, il faut compter 4mn de cuisson.

J’avais testé la recette du livret Téfal mais celles-là sont nettement meilleures : plus légères (malgré le beurre…) et surtout plus croustillantes (merci le beurre…).

Avec une boule de sorbet aux fruits rouges, c’était parfait !