Archive | Sucré RSS feed for this section

Brioche express (qui ressemble plutôt à un pain au beurre, mais ne chipotons pas)

20 Avr

Depuis que j’ai un Thermomix, j’apprécie de pouvoir faire un peu de boulange, sans patouiller la pâte à pleines mains ni risquer d’occire mon robot (l’ancien a succombé après un bref pétrissage de pâte à pain, le plastique du pétrin n’a pas supporté un tel travail et a fondu, bloquant le moteur ; feu mon robot a fini sa vie à la déchetterie…. et la pâte à pain aussi !).

J’avais déjà testé la recette du chinois, qui donne une délicieuse brioche… mais il ne faut pas être pressé, la pâte lève en deux temps, ce qui allonge considérablement la durée de la recette. La recette de Khala, reprise de nombreuses fois, était donc faite pour moi : une recette de brioche express, sans levée, puisque tout se fait au four.

NB : le nom de brioche est mal adapté, la mie est moins aérée et n’est pas du tout filante. Elle ressemble beaucoup à un pain au beurre.

La brioche entière...

La brioche entière…

brioche

…et en coupe.

Pour une grosse brioche (cuite dans un moule à cake), il faut :

  • 30 cl de lait
  • 50 g de beurre (ou margarine)
  • 1 oeuf
  • 4 càs de cassonade
  • 12 g de levure fraîche de boulanger (ou un sachet de levure déshydratée)
  • 400 g de farine
  • 1,5 càc de sel

Au thermomix : Mettre le lait, le sucre, le beurre et la levure fraîche émiettée (ou la levure sèche) dans le bol. Faire chauffer à 37°C pendant 2mn vitesse 2. Ajouter la farine, l’oeuf et le sel puis pétrir 1mn30.

Sans thermomix : Faire chauffer le lait et le beurre au micro-ondes ou à la casserole (plus pratique pour maîtriser la chaleur) : le mélange doit être tiède, pas trop chaud pour ne pas tuer la levure. Emietter la levure fraîche (ou verser la levure sèche) dans le lait, mélanger, puis ajouter tous les autres ingrédients. Mélanger à la cuiller en bois : le mélange doit être homogène et assez liquide.

Verser la pâte dans un moule à cake (ou moule en couronne) beurré (ou en silicone) et enfourner à 80°C pendant 20mn. Monter le thermostat à 200°C et poursuivre la cuisson 25 mn (voire plus, il faut surveiller).

Surtout, laisser refroidir sur une grille avant de déguster. La brioche s’effrite lorsqu’elle est encore chaude ; refroidie, on peut y tailler de belles tranches.

La brioche se conserve très bien. Toastée et beurrée, c'est un régal ! (d'une grande légèreté... !)

La brioche se conserve très bien. Toastée et beurrée, c’est un régal ! (d’une grande légèreté… !)

Cookies

19 Avr

Les cookies, c’est comme les gâteaux au chocolat, tout le monde a sa recette, ses petites astuces, ses variantes qui font toute la différence. Pour moi, les meilleurs cookies, ce sont ceux d’Eryn (par ici !), avec quelques petites adaptations en fonction du contenu de mes placards.

cookies

Pour environ 20 cookies (avec mes variantes), il faut :

  • 150 g de farine (j’ai mélangé de la farine complète et de la T65)
  • 50 g de flocons de 5 céréales (Eryn met seulement des flocons d’avoine)
  • 130 g de beurre (ou de margarine)
  • 60 de sucre complet
  • 100 g de cassonade
  • une belle pincée de vanille en poudre
  • 1 oeuf
  • 1 càs de lait
  • 1/2 càc de levure chimique
  • 1/2 càc de bicarbonate
  • 100 g de pépites de chocolat

Dans un saladier, battre le beurre en pommade avec les sucres. Battre l’oeuf avec le lait et la vanille et bien mélanger avec le beurre. Ajouter la farine mélangée à la levure et au bicarbonate, mélanger. Ajouter enfin les flocons d’avoine puis en dernier lieu les pépites de chocolat. Déposer des petits tas de pâte sur une plaque chemisée de papier sulfurisé, sans trop les serrer (ne pas aplatir la pâte : elle va s’étaler à la cuisson) et enfourner à 170°C. Eryn parle de 10 à 12 mn de cuisson, pour moi c’est plutôt 14 mn, voire un peu plus pour des cookies plus croustillants.

cookies_2

cookies_3

Tarte aux fraises sur pâte sablée citronnée

18 Avr

Les premières gariguettes sont enfin arrivées ! Youpiiiii ! Adieu pommes, poires, bananes et autres oranges aux accents hivernaux. Et tant pis pour mon porte-monnaie : même à un tarif exorbitant pour une micro-barquette de fraises, j’achète ! Nous les avons goûtées à la chantilly (maison, bien sûr !), coupés en dés et arrosées de jus de citron, de cassonade et de menthe (avec là encore de la chantilly), et cette fois-ci, en tartelettes.

Pour une tarte ou 4 à 6 tartelettes (selon la taille des moules), il faut :

  • des fraiiiiiiiiiiiiiises ! 500g environ
  • gelée de fruits

Pour la crème pâtissière :

  • 75 cl de lait
  • 5 jaunes d’oeufs
  • 150 g de sucre
  • 75 g de farine
  • vanille (1/2 gousse / poudre / vanille liquide)

Pour la pâte sablée (au thermomix) :

  • 250 g de farine
  • 125 g de beurre
  • 50 de cassonade
  • 75 g de lait
  • 2 jaunes d’oeufs
  • le zeste d’1/2 (voire 1) citron jaune non traité

1) Préparer la crème pâtissière.

Dans une casserole, faire bouillir le lait avec la vanille. Pendant ce temps, dans un grand saladier, blanchir les oeufs avec le sucre puis incorporer la farine. Lorsque le lait est bouillant, le verser en une seule fois dans le saladier tout en fouettant énergiquement. Transvaser le tout dans la casserole et cuire sur feu doux 4 à 5mn en remuant constamment (sinon ça attache !). Une fois que la crème a épaissi, la verser dans un saladier et couvrir au contact avec du film alimentaire. Réserver au frais (au moins 1h).

2) Préparer la pâte sablée. Ou acheter une pâte toute faite.

Dans le thermomix (ou au robot tout simple), mixer la cassonade avec le zeste de citron pour obtenir une fine poudre. Ajouter tous les autres ingrédients et mixer 10 secondes vitesse 4. Sortir la pâte du bol sans la malaxer, la mettre dans le moule en l’abaissant avec la paume de la main en poussant la pâte vers les bords. Réserver au frais 30 mn et cuire à 180°C 20 à 30 mn (il faut surveiller).

Laisser refroidir le(s) fond(s) de tarte(s) sur une grille.

3) Montage

Garnir la pâte sablée de crème pâtissière. Laver les fraises rapidement sous l’eau froide sans les équeuter. Les sécher dans du papier absorbant puis les équeuter et les couper en deux. Disposer artistement les demi-fraises sur la pâte et les badigeonner de gelée de fruits pour faire briller tout ça.

tarte_fraises

Tadaaaaa !

Macarons au citron

11 Avr

Quand on s’appelle Cortex, on en a dans le citron (et c’est Minus qui le dit ! quel fair-play !). Rendons hommage à Minus et à sa recette de lemon curd : elle constitue une garniture parfaite pour des macarons au citron.

IMG_00000126_edit

La recette des macarons ne change pas : >>> clic ! <<<

Pour colorer les coques en jaune, ajouter une petite cuillerée de colorant jaune en poudre dans les blancs d’oeufs.

Pour le lemon curd, c’est par ici : >>> clic ! <<<

J’ai mitonné ce lemon curd avec de la cassonade : cela lui donne une jolie couleur cuivrée et une saveur légèrement caramélisée, c’est délicieux !

IMG_00000127_edit

Soyez indulgents avec mes photos : je teste différents filtres, celui-ci ne rend pas justice à la couleur jaune…

Recette de base et astuces : les macarons (version #1 : au chocolat)

16 Mar

J’adore faire des macarons. Moins les déguster, pour être honnête (quand on connaît la quantité de sucre que chaque pièce contient, ça coupe un peu l’appétit). Il m’a fallu une bonne dizaine de ratés avant de saisir les petites astuces qui permettent de faire des macarons mignons, aux coques lisses et brillantes, et non d’immondes pâtés craquelés, bosselés, indécollables de la plaque de cuisson et dépourvus de la fameuse collerette.

Les astuces :

  1. Pour qu’ils soient lisses : passer la poudre d’amandes et le sucre glace quelques secondes au mixeur (mieux, au Thermomix !). Cela évite l’aspect granuleux des coques.
  2. Pour qu’ils soient brillants : bien mélanger la pâte à la spatule en silicone, en la rabattant sur elle même, jusqu’à ce qu’elle devienne souple et forme un ruban brillant lorsqu’on soulève la spatule. Il ne faut pas non faire durer le « macaronage » trop longtemps, sous peine de voir vos coques s’étaler comme des flaques sur votre plaque, lors du dressage.
  3. Pour obtenir la collerette : laisser « croûter » vos coques, une fois dressées sur la plaque. C’est cette étape qui m’a longtemps posé problème. Il faut tenir compte de la température ambiante ET de l’humidité ! J’avais beau laisser mes macarons croûter pendant 2h, ils restaient humides. Depuis que je les mets devant le radiateur de notre micro salle de bain (pas juste après le bain, hein !) ou devant le poêle où brûle une petite flambée, c’est parfait. La pâte ne doit plus coller aux doigts après « croûtage » (quel mot délicieux…)
  4. Ajuster le temps de cuisson à votre four : je laisse toujours mes macarons 2mn de plus au four que sur la recette originale, trouvée je ne sais plus où.

IMAG0352

Pour une vingtaine de macarons, il faut :

  •  110 g de blancs d’oeufs (certains disent de les laisser vieillir, c’est-à-dire de les séparer des jaunes la veille ou l’avant-veille : je ne le fais jamais, d’abord parce que cela supposerait de savoir la veille que je ferai des macarons le lendemain !)
  • 175 g de sucre glace (si vous le faites au thermomix : 165 g de sucre en morceaux + 10 g de maïzena)
  • 75 g de sucre en poudre (je mets de la cassonade)
  • 125 g de poudre d’amandes
  • pour faire des coques au chocolat : 2 càs de cacao en poudre (pour des macarons en couleur : une pointe de couteau de colorant en poudre)

Mixer quelques secondes la poudre d’amandes et le sucre glace. Cela doit former une poudre fine.
Dans un grand saladier, battre les oeufs en neige. Quand ils commencent à être fermes, ajouter le sucre en poudre (ou la cassonade) en pluie jusqu’à ce que les blancs deviennent brillants. Si on soulève les fouets, les blancs forment des becs d’oiseaux.
Verser sur les blancs battus le mélange amandes / sucre glace (certains disent de tamiser, de verser la poudre en trois fois ; moi, j’ai la flemme).
Incorporer la poudre et le cacao (ou le colorant) aux blancs à l’aide d’une maryse (le petit nom de la spatule en silicone).
Macaroner la pâte : la rabattre sur elle-même jusqu’à ce qu’elle forme un ruban lisse et brillant.
Chemiser deux plaques de cuisson de papier sulfurisé (petit truc pour que le papier ne se décolle pas de la plaque : mettre un peu de blanc d’oeuf à chaque angle pour coller le papier à la plaque).
Mettre la pâte dans une poche à douille munie d’un embout d’environ 7mm de diamètre.
Faire des petits tas de pâte (environ 3cm) sans trop les serrer.
Laisser les deux plaques de macarons croûter 1 à 2h dans un endroit tiède.
Enfourner 12mn (avec mon four, 14mn) à 160°C.
Si les macarons se décollent mal de la plaque : les laisser refroidir dessus, la base des macarons continuera alors de cuire quelques instants sur la plaque encore chaude.

Pour la ganache :

  • 100 g de crème liquide
  • 100 g de chocolat (j’ai mis 80 g de chocolat noir et 20 g de pralinoise)

Casser le chocolat en morceaux dans un bol. Porter la crème à ébullition dans une petite casserole. Verser la crème bouillante sur le chocolat, laisser reposer 5 mn puis mélanger. Il ne doit plus rester de morceaux de chocolat.
Réserver au frais.

Montage :

Mettre une cuiller à café de ganache sur une coque et coller une 2e coque par dessus. Répéter jusqu’à épuisement des ingrédients !

Les macarons se conservent au réfrigérateur (et sont en général meilleurs après un petit séjour au frais).

[Thermomix] [ou sans Thermomix !] Chinois

5 Mar

[16:30:23] Minus : Ce gâteau est originaire d’Allemagne où il porte le nom de Schneckenkuchen signifiant Gâteau en escargots. En effet sa forme est composée de spirales juxtaposées rappelant la coquille du gastéropode. Un des premiers importateurs Français de ce gâteau ne parlait pas un mot d’allemand et quand il se faisait livrer, le fournisseur lui présentait ses « Schneckenkuchen ». Devant la difficulté à prononcer ce mot, l’importateur répondait « de toutes façons pour moi c’est du Chinois » Le mot Chinois est resté pour le désigner.

[16:30:26] Minus : pour la culture ^^

Je ne pouvais pas vous priver de cette passionnante discussion sur Skype entre Minus et Cortex. Grâce à wikiminus, j’aurai donc appris que j’ai bâfré toute seule deux coquilles de schneckenkuchen, généreusement garnies de crème pâtissière et de pépites de chocolat fondantes. Z’êtes jaloux, hein ?

IMAG0266

Pour un chinois, il faut :

  • 420 g de farine
  • 20 g de levure de boulanger fraîche
  • 1/2 càc de sel
  • 60 g de sucre (ici, cassonade)
  • 100 g de beurre (j’ai mis de la margarine)
  • 2 oeufs
  • 10 cl de lait

Pour garnir la pâte :

  • un petit bol de crème pâtissière (faite aussi au thermomix)
  • 100 g de pépites de chocolat

Dans le bol du thermomix, verser le lait, le sucre et la levure émiettée. Faire chauffer 2mn30 à 37°C, vitesse 2.
Ajouter tous les autres ingrédients et programmer 3 mn en mode pétrin. (inutile de mixer 10 secondes en sens inverse vitesse 2 comme lorsqu’on fait du pain : la pâte étant collante, elle ne se détachera pas mieux des parois)

A la main : faire tiédir le lait, y verser la levue émiettée et laisser reposer une dizaine de minutes. Verser tous les autres ingrédients et pétrir joyeusement.

A la MAP : programme pâte seule.

Verser la pâte dans un saladier et couvrir d’un torchon. Laisser pousser dans un endroit tiède (près du radiateur) environ 1h30.

 

Pendant ce temps, faire une crème pâtissière et hacher 100 g de chocolat noir en pépites.

Quand la pâte a doublé de volume, la dégazer (pétrir pour chasser l’air) et l’étaler en un grand rectangle sur un plan de travail fariné. Mon rectangle devait faire 50 x 30 cm.
Etaler de la crème pâtissière (pas trop, sinon ça va déborder) sur la pâte et la parsemer de pépites de chocolat. Rouler la pâte en boudin (en partant du grand côté : le boudin doit faire 50 cm de long). Couper ce boudin en 8 tronçons, chaque tronçon étant déposé au fur et à mesure dans un moule à manqué beurré et fariné (ou en silicone) de manière à former une fleur.
Couvrir d’un torchon et laisser lever 1h environ.

IMAG0265

Avant d’enfourner

Un quart d’heure avant la fin de la levée, préchauffer le four à 180°C. Badigeonner la pâte de lait et enfourner pour 25mn à 180°C.
Laisser refroidir sur une grille.

IMAG0268

La mie est filante…

IMAG0270-1

et le chocolat fondant…

[Thermomix] Fondant au chocolat et aux pruneaux (oui oui oui ! et c’est bon !)

26 Fév

Grosse envie de chocolat aujourd’hui. Dans le frigo, un fond de sachet de pruneaux dénoyautés. Les pruneaux, c’est bon, doux, sucré, on doit bien pouvoir en faire quelque chose avec le chocolat.

– Oui, Minus, j’ai l’amour du risque. Va pour un fondant au chocolat et aux pruneaux (recette de Cléa > clic !).

IMAG0258-1

Pour 4 personnes :

  • 150 g de pruneaux dénoyautés (dans mon cas, le fond du sachet de pruneaux + quelques abricots moelleux pour compléter)
  • 100 g de chocolat noir
  • 2 oeufs
  • 30 g de sucre complet
  • 80 g de farine (T80 chez Cléa, ou T ce que vous voulez)
  • 2 càc de levure

Grosse envie de chocolat, mais grosse flemme. Vive le thermomix !
Mettre le chocolat dans le bol et mixer quelques secondes vitesse 6 pour le réduire en poudre. Le faire fondre à 37°C pendant 1 à 2mn. Mettre tous les autres ingrédients dans le bol et mixer vitesse 6 2 à 3 mn, en faisant des pauses pour racler les parois avec une spatule.
Verser l’appareil dans un moule à cake (Cléa nous dit qu’il faut le huiler, moi, j’ai un moule en silicone !). Enfourner 15 mn à 175°C. Démouler quand le gâteau est froid.

Déguster devant Dr House.

Semoule au lait et dés d’abricots moelleux

25 Fév

Premier jour de vacances. Première journée en tête à tête avec un grand bébé qui fait ses premiers pas et explore, avec force cris de joie, la maison (quel bonheur de vider le placard à pâtisserie de maman, et de répandre sur le sol de la cuisine, fraîchement nettoyé, le contenu d’un sachet de chantifix – ça colle, le chantifix).

Point de chichis ce soir, la journée a été intense. Cortex a bien mérité un petit dessert tout simple, rapide à préparer, et bi gouleyant, comme on dit par t’che mé.

IMAG0244-1-1

La piètre qualité de cette photo ne rend pas honneur à ce petit dessert (sans prétention, certes, mais très bon !)

Pour deux petits pots, il faut :

  • 30 g de semoule de blé fine
  • 25 cl de lait (demi-écrémé)
  • 20 g de sucre (ici, 10 g de fructose) + 1/2 sachet de sucre vanillé (pour moi, une cuillerée de sucre vanillé maison*) + une lichette de vanille liquide
  • 4 abricots moelleux

Verser la semoule en pluie dans le lait froid tout en mélangeant énergiquement, pour éviter les grumeaux (et les grumelles, huhuhu). Ajouter les sucres et la vanille. Faire cuire un petit quart d’heure en remuant sans cesse à la cuiller en bois. Une fois que le lait est bien absorbé, ajouter les abricots moelleux coupés en petits dés.

C’est bon tiède, c’est bon froid, c’est bon à même la casserole. Même mini-Cortex a aimé !

* Le sucre vanillé maison : dans un bocal en verre, mettre 1 kg de sucre blanc et y laisser une ou deux gousses de vanille (celles dont on a récupéré les grains pour faire un quelconque dessert – faut pas gâcher) : très parfumé et économique !

[Thermomix] [ou à la casserole] Crèmes dessert légères (mais au Nutella, parce qu’on ne se refait pas)

19 Fév

Dans la famille Cortex, on aime les crèmes dessert légères : sans oeufs, sans beurre ni crème (mais crémeuses tout de même !) Or Cortex a bien épluché pour vous les livres de recettes Thermomix : leurs recettes de crèmes dessert font grossir rien qu’en les lisant. Beaucoup de crème, des jaunes d’oeufs, du beurre (au cas où ça manquerait de lipides), beaucoup de sucre. Pour un dessert de tous les jours, il faut savoir raison garder. J’ai donc adapté ma bonne vieille recette au super-robot-qui-fait-tout.

IMAG0197

La recette de base de maman-Cortex (pour 4 personnes) : 

  • 50 cl de lait 
  • 4 càs de maïzena
  • 2 càs de sucre (voire un peu plus, selon le parfum choisi)
  • pour aromatiser : 2 càs de cacao amer (+ quelques carrés de chocolat, si on est gourmand) ; une cuillerée de vanille liquide ; ou une poignée de fraises tagada (dans ce cas, enlever le sucre de la recette) ; on peut remplacer une partie du lait par du lait de coco et ajouter environ 50g de chocolat blanc + une cuillerée de noix de coco râpée… Les possibilités sont vastes !

D’abord, délayez la maïzena dans quelques cuillers de lait froid. Versez dans une casserole avec le reste du lait et le sucre (+ l’arôme choisi) et faites chauffer à feu doux, quelques minutes, sans cesser de remuer, sans faire bouillir, jusqu’à ce que je mélange épaississe (5 à 10mn). C’est prêt !

Version Thermomix : délayez la maïzena dans un peu de lait directement dans le bol du robot, puis ajoutez tous les ingrédients.  Mixez une dizaine de secondes vitesse 6. Faites cuire 8 à 10 mn à 90°C, vitesse 2.

Pour ma part, j’ai réalisé la recette sans le sucre, mais avec 2 cuillerées de Nutella (qui n’en était pas, en réalité : une pâte à tartiner maison). Et c’était bon !

Vous me direz, à quoi bon faire des crèmes légères si c’est pour y mettre du Nutella. Vaste question. Cortex y songe encore !

[Thermomix] Oranges amoureusement givrées

14 Fév

Chez Cortex, on est d’un romantisme à toute épreuve : pour la Saint-Valentin, c’est soirée foot. Lyon a gagné, ça se fête ! Pour l’occasion, nous avons dégusté devant la télévision, lovés dans le canapé, nos oranges givrées amoureusement préparées quelques heures auparavant.

IMAG0220-1

Pour deux amoureux, il faut :

  • 3 oranges
  • 75g de sucre en morceaux
  • 1 blanc d’oeuf

Pour le sorbet :
Au dessus d’un bol (pour ne pas perdre le jus), peler à vif une des trois oranges et en prélever les suprêmes (les quartiers sans la peau).
Couper le haut des deux autres oranges et les évider à l’aide d’une cuiller à pamplemousse (ou d’un couteau bien aiguisé et d’une cuiller). Garder la chair et le jus.
Mettre le jus dans un bac à glaçons ou un sachet à glaçons ; pour les quartiers, j’ai opté pour tout fourrer dans un sac congélation. Congeler le tout, donc.
Quelques heures plus tard, mixer le sucre 30 secondes vitesse 9. Ajouter les glaçons de jus d’orange et les quartiers congelés (pour ma part, ça formait un bloc compact que j’ai coupé en petits morceaux à l’aide d’un couteau pour produits congelés) et donner quelques impulsions de turbo. Ajouter le blanc d’oeuf et mixer ensuite 1mn vitesse 6.
Le sorbet obtenu n’est pas très ferme : placer 2h au congélateur.

Avec un couteau pointu, former un coeur sur chaque orange et l’enlever délicatement. Placer les oranges et leurs chapeaux au congélateur.

Quand la glace est bien prise, remplir les oranges et replacer le chapeau.

C’est prêt !

IMAG0221-1

Heureusement, il reste du sorbet !