Tag Archives: light

Mug cake, essai #1 : chocolat – banane

29 Mar

On voit des recettes de mug cakes fleurir un peu partout, sur des blogs, dans des magazines… difficile de ne pas se laisser tenter ! Par contre je ne peux pas me résoudre à ingérer à moi toute seule un oeuf entier, 20g de beurre et une dose tout aussi considérable de sucre… J’ai donc tenté une recette à peu près light, et surtout très rapide.

Il faut être honnête : c’est bon, mais ça ne vaudra jamais la finesse d’un vrai gâteau mitonné avec amour et cuit au four. Cela dit, pour un petit dessert préparé en un éclair un vendredi soir, après une semaine chargée, on ne fait pas la fine bouche !

IMG_20140328_205234

Pour 2 mug cakes, il faut :

  • une demi-banane (50g à 60g, à la louche)
  • 50 g de chocolat noir fort en cacao (pour qu’on en sente bien le goût, sinon la banane risque de l’emporter)
  • 1 oeuf

Déroger à la règle du mug cake et utiliser en plus des deux tasses un petit bol, pour y faire fondre le chocolat au micro-ondes. Ajouter ensuite la banane et l’écrasant du mieux possible. Bien mélanger, ajouter l’oeuf, re-mélanger. Verser dans deux tasses (les miennes sont petites, ce ne sont pas deux énormes mugs).
Cuire 1mn30 puissance max au micro-ondes. Attendre quelques minutes que ça refroidisse un peu avant de déguster.

En cours de cuisson, ça monte comme un soufflé – d’où les bords des tasses un peu chocolatés – avant de retomber.

IMG_20140328_210150

 

Publicités

Bavarois léger au citron

7 Avr

Le citron, c’est bon. Surtout quand on est un Minus accro au Pulco. Le bavarois, c’est frais, beaucoup plus léger qu’une crème, et si l’on excepte la quantité assez impressionnante de gélatine qui est intégrée à la recette, pas trop scandaleux au niveau diététique. Entre une génoise au fond pour que l’ensemble se tienne, une mousse citronnée et une surface gélifiée pour faire joli (le miroir), il faut trois étapes pour réaliser la chose, avec temps de refroidissement à compter. Pour un bavarois complet (et non une flaque au démoulage), comptez donc l’après-midi et un petit passage au congélateur.

Pour un bavarois pour environ 6 personnes (ou 6 bavarois faits dans des ramequins/cercles à pâtisserie), il vous faut :

Une génoise :

2 œufs
60 grammes de sucre
60 grammes de farine
facultatif : un zeste de citron

Une mousse bavaroise revue  pour les stressés du gras : à la place de crème fouettée en chantilly (à 30%  de matière grasse minimum, donc), vivent les blancs d’œufs en neige :

4 jaunes d’œufs
5 feuilles de gélatine
150 grammes de sucre
40 cL de lait
10 cL de jus de citron
2 blancs d’œufs (avec les blancs qui restent : on fait une meringue italienne à cuire rapidement au chalumeau qui ira tout droit sur le bavarois, ou bien des petites meringues pour gourmands en battant chaque blanc avec 50 g de sucre)

La recette :

On commence par réaliser la génoise. Pendant que le four préchauffe à 180°, battez les œufs (entiers, les œufs !) avec le sucre au fouet électrique. Mélangez la farine à la spatule en évitant les grumeaux, et ajoutez éventuellement le zeste de citron. Le tout cuit 10 minutes dans un moule à génoise de 22-24 cm ou, pour les non-équipés, étalé le plus proprement possible sur une plaque à pâtisserie.

Pendant que la génoise refroidit, c’est parti pour la pseudo-mousse bavaroise. Tandis que la gélatine se réhydrate paisiblement dans un bol d’eau froide, faites chauffer le lait. Faites blanchir les jaunes d’œufs avec 100 grammes de sucre, et délayez avec le lait chaud. On remet quelques minutes à cuire sur le feu, le temps que la préparation épaississe. Quand la crème nappe la cuiller, incorporez la gélatine essorée et le jus de citron.
Le temps d’attente commence : il faut laisser le mélange refroidir (un tour au congélateur peut aider…) pour que la gélatine commence à prendre. Pas trop, on va la mélanger ! Quand la préparation est froide, montez les blancs en neige et ajoutez, quand ils sont fermes, les 50 grammes de sucre restants afin d’obtenir une meringue. Incorporez la meringue à la crème au citron avec une spatule en silicone, et go pour le montage !

Deux options s’offrent à vous : si vous avez un cercle à pâtisserie, la vie est belle : placez votre génoise au fond, versez la mousse citronnée, et placez le tout au réfrigérateur. Pour les autres, il est tout à fait possible d’utiliser des ramequins individuels – les entremets se laisseront démouler, promis. En tout cas, chez Minus-la-maladroite, ça a fonctionné ! Il faudra donc découper des disques de génoise à l’emporte-pièce ou, soyons fous, au couteau,  les placer dans les récipients, et ajouter la mousse. Laissez prendre une heure ou deux au frais, et, si le courage vous prend, versez au-dessus un miroir, cette couche gélifiée, brillante et acidulée qui fait rêver dans les vitrines de pâtissier.
Pour le réaliser : contrairement à ma version, pâlotte et un peu trop gélatineuse à mon goût, j’aurais tendance à conseiller d’opter pour de la marmelade de citron que l’on fera fondre à feux doux et à laquelle on incorporera un peu de gélatine (ou d’agar agar). Sinon, faites chauffer 3 cL de jus de citron avec 2 ou trois cuillers à soupe de sucre, et y ajouter une feuille de gélatine ramollie. Hors du feu, ajouter le reste du jus de citron et, pour la couleur, deux gouttes de colorant. Ne rêvons pas, le jus de citron couleur jaune primaire, dame nature n’a pas prévu ça.  Attendez encore au moins une heure de repos au frais avant de déguster.

Verdict : hormis mon miroir perso raté, ce faux bavarois sans crème s’est montré léger et bien citronné (méfiance : il y a tout de même 4 jaunes d’œufs dans le bestiau). Et le démoulage parfait, même pour ceux réalisés dans des ramequins : passez simplement la lame d’un couteau autour, et retournez délicatement le moule… C’est magique, ça glisse tout seul !

Tadaaa ! Note pour plus tard : le sucre doré, parfait pour une déco express, c'est particulièrement dur. Attention aux quenottes fragiles.

Tadaaa ! Note pour plus tard : le sucre doré, parfait pour une déco express, c’est particulièrement dur. Attention aux quenottes fragiles.

[Thermomix] Fondant au chocolat et aux pruneaux (oui oui oui ! et c’est bon !)

26 Fév

Grosse envie de chocolat aujourd’hui. Dans le frigo, un fond de sachet de pruneaux dénoyautés. Les pruneaux, c’est bon, doux, sucré, on doit bien pouvoir en faire quelque chose avec le chocolat.

– Oui, Minus, j’ai l’amour du risque. Va pour un fondant au chocolat et aux pruneaux (recette de Cléa > clic !).

IMAG0258-1

Pour 4 personnes :

  • 150 g de pruneaux dénoyautés (dans mon cas, le fond du sachet de pruneaux + quelques abricots moelleux pour compléter)
  • 100 g de chocolat noir
  • 2 oeufs
  • 30 g de sucre complet
  • 80 g de farine (T80 chez Cléa, ou T ce que vous voulez)
  • 2 càc de levure

Grosse envie de chocolat, mais grosse flemme. Vive le thermomix !
Mettre le chocolat dans le bol et mixer quelques secondes vitesse 6 pour le réduire en poudre. Le faire fondre à 37°C pendant 1 à 2mn. Mettre tous les autres ingrédients dans le bol et mixer vitesse 6 2 à 3 mn, en faisant des pauses pour racler les parois avec une spatule.
Verser l’appareil dans un moule à cake (Cléa nous dit qu’il faut le huiler, moi, j’ai un moule en silicone !). Enfourner 15 mn à 175°C. Démouler quand le gâteau est froid.

Déguster devant Dr House.

Semoule au lait et dés d’abricots moelleux

25 Fév

Premier jour de vacances. Première journée en tête à tête avec un grand bébé qui fait ses premiers pas et explore, avec force cris de joie, la maison (quel bonheur de vider le placard à pâtisserie de maman, et de répandre sur le sol de la cuisine, fraîchement nettoyé, le contenu d’un sachet de chantifix – ça colle, le chantifix).

Point de chichis ce soir, la journée a été intense. Cortex a bien mérité un petit dessert tout simple, rapide à préparer, et bi gouleyant, comme on dit par t’che mé.

IMAG0244-1-1

La piètre qualité de cette photo ne rend pas honneur à ce petit dessert (sans prétention, certes, mais très bon !)

Pour deux petits pots, il faut :

  • 30 g de semoule de blé fine
  • 25 cl de lait (demi-écrémé)
  • 20 g de sucre (ici, 10 g de fructose) + 1/2 sachet de sucre vanillé (pour moi, une cuillerée de sucre vanillé maison*) + une lichette de vanille liquide
  • 4 abricots moelleux

Verser la semoule en pluie dans le lait froid tout en mélangeant énergiquement, pour éviter les grumeaux (et les grumelles, huhuhu). Ajouter les sucres et la vanille. Faire cuire un petit quart d’heure en remuant sans cesse à la cuiller en bois. Une fois que le lait est bien absorbé, ajouter les abricots moelleux coupés en petits dés.

C’est bon tiède, c’est bon froid, c’est bon à même la casserole. Même mini-Cortex a aimé !

* Le sucre vanillé maison : dans un bocal en verre, mettre 1 kg de sucre blanc et y laisser une ou deux gousses de vanille (celles dont on a récupéré les grains pour faire un quelconque dessert – faut pas gâcher) : très parfumé et économique !

[Thermomix] [ou à la casserole] Crèmes dessert légères (mais au Nutella, parce qu’on ne se refait pas)

19 Fév

Dans la famille Cortex, on aime les crèmes dessert légères : sans oeufs, sans beurre ni crème (mais crémeuses tout de même !) Or Cortex a bien épluché pour vous les livres de recettes Thermomix : leurs recettes de crèmes dessert font grossir rien qu’en les lisant. Beaucoup de crème, des jaunes d’oeufs, du beurre (au cas où ça manquerait de lipides), beaucoup de sucre. Pour un dessert de tous les jours, il faut savoir raison garder. J’ai donc adapté ma bonne vieille recette au super-robot-qui-fait-tout.

IMAG0197

La recette de base de maman-Cortex (pour 4 personnes) : 

  • 50 cl de lait 
  • 4 càs de maïzena
  • 2 càs de sucre (voire un peu plus, selon le parfum choisi)
  • pour aromatiser : 2 càs de cacao amer (+ quelques carrés de chocolat, si on est gourmand) ; une cuillerée de vanille liquide ; ou une poignée de fraises tagada (dans ce cas, enlever le sucre de la recette) ; on peut remplacer une partie du lait par du lait de coco et ajouter environ 50g de chocolat blanc + une cuillerée de noix de coco râpée… Les possibilités sont vastes !

D’abord, délayez la maïzena dans quelques cuillers de lait froid. Versez dans une casserole avec le reste du lait et le sucre (+ l’arôme choisi) et faites chauffer à feu doux, quelques minutes, sans cesser de remuer, sans faire bouillir, jusqu’à ce que je mélange épaississe (5 à 10mn). C’est prêt !

Version Thermomix : délayez la maïzena dans un peu de lait directement dans le bol du robot, puis ajoutez tous les ingrédients.  Mixez une dizaine de secondes vitesse 6. Faites cuire 8 à 10 mn à 90°C, vitesse 2.

Pour ma part, j’ai réalisé la recette sans le sucre, mais avec 2 cuillerées de Nutella (qui n’en était pas, en réalité : une pâte à tartiner maison). Et c’était bon !

Vous me direz, à quoi bon faire des crèmes légères si c’est pour y mettre du Nutella. Vaste question. Cortex y songe encore !

Mousse légère orange-cannelle

18 Fév

Au lieu d’un dîner de Saint Valentin maison, le Minus gâté que je suis a passé la soirée au restaurant, et s’est fait voler son projet de dessert (lui-même piqué sans vergogne sur je ne sais quel blog) par un Cortex sans scrupule. Qu’importe, j’ai gardé mon orange évidée – sans le petit cœur -, mais ai remplacé le sorbet par une mousse à l’orange et à la cannelle. C’était doux et léger, parfait pour quelqu’un qui, comme moi, déteste théoriquement les desserts à l’orange.

Pour remplir presque quatre oranges, ou réaliser six verrines, il faut :

– 3 œufs
– 25 cl de jus d’orange (= 3 ou 4 oranges)
– 20 grammes de maïzena
– 100 g de sucre
– 1,5 feuille de gélatine
– de la cannelle en poudre

Pour préparer la mixture, commencez par faire ramollir pendant quelques minutes la gélatine dans de l’eau froide. Faites chauffer le jus d’orange dans lequel vous ferez fondre la gélatine essorée, et ajoutez les jaunes d’œufs, 75 g de sucre et la maïzena, toujours sur le feu. Remuez jusqu’aux premiers bouillons, puis ôtez du feu au bout de quelques secondes. La préparation aura pris la consistance d’une crème.

Pendant que la crème tiédit, battez les blancs d’œufs en neige avec le reste du sucre. N’oubliez pas de touiller la crème pendant qu’elle refroidit pour éviter qu’il se forme une peau à sa surface ! Mélangez ensuite délicatement la crème aux blancs d’œufs, puis ajoutez de la cannelle. J’en ai mis environ une cuiller à café (goût léger, parfait pour moi), mais pour trouver le dosage qui vous convient, il faudra goûter ! Il ne reste plus qu’à laisser prendre au frais au moins deux heures.

J’avoue tout : en tant que phobique du gras, la prochaine fois, je tenterai la recette avec un jaune d’œuf en moins (voire plus si affinités), en compensant avec un peu plus de maïzena et de gélatine…  On verra si ça marche !

Comme un cocktail, avec un Mikado en guise de paille ! Ou un biscuit maison pour les courageux...

Comme un cocktail, avec un Mikado en guise de paille ! Ou un biscuit maison pour les courageux…

[Thermomix] Gaufres légères et croustillantes

3 Fév

A la chandeleur, on fait généralement des crêpes. Chez Cortex, la flemme du dimanche soir aidant, on opte pour les gaufres :  pas de besoin de rester debout devant la plaque de cuisson,  le poignet en alerte, prêt à faire sauter les crêpes ; pas d’angoisse de la crêpe à trous, qui laissera dégouliner la confiture, comme par les trous de la tartine. Le gaufrier fait tout le travail…

Comme je suis bien décidée à rentabiliser mon Thermomix (et à préparer le repas rapidement), j’ai préparé la pâte à gaufre et du sorbet avec le robot-qui-sait-tout-faire.

Une petite pensée émue pour le vieux gaufrier de maman-Cortex, qu'il fallait retourner à mi-cuisson et qui faisait des gaufres gigantesques, d'une taille qu'aucun gaufrier moderne et diététiquement correct ne saurait proposer...

Une petite pensée émue pour le vieux gaufrier de maman-Cortex, qu’il fallait retourner à mi-cuisson et qui faisait des gaufres gigantesques, d’une taille qu’aucun gaufrier moderne et diététiquement correct ne saurait proposer…

Pour une quinzaine de gaufres :

  • 2 œufs
  • 70g de beurre
  • 30 g de sucre + une càc de vanille liquide (ou 20g de sucre et un sachet de sucre vanillé)
  • un sachet de levure chimique
  • 250g de farine
  • 360ml de lait
  • 1/2 càc de sel

Verser tous les ingrédients dans le bol et mixer 20 secondes vitesse 9 (ou pour les non-équipés, dans un saladier, au fouet électrique). Laisser reposer 1h dans un endroit tiède (devant le sèche-serviettes de la salle de bain !)
Dans mon petit gaufrier Téfal, il faut compter 4mn de cuisson.

J’avais testé la recette du livret Téfal mais celles-là sont nettement meilleures : plus légères (malgré le beurre…) et surtout plus croustillantes (merci le beurre…).

Avec une boule de sorbet aux fruits rouges, c’était parfait !